Testostérone

La testostérone est une hormone humaine. Sécrétée à la base dans les testicules, elle est l’hormone “mâle”. Les femmes produisent néanmoins un peu de testostérone également.

Nous sécrétons donc chaque nuit de la testostérone avec un pic prononcé le matin au réveil.

Elle procure un sentiment de bien-être, augmente l’énergie disponible et possède un rôle primordial dans la fonction sexuelle.

La testostérone, roi des stéroïdes 

Les culturistes utilisent cette hormone avec succès depuis les débuts du dopage. La testo a un potentiel androgène important qui va généralement avec un accroissement de la musculature.

Utilisée seule, les dosages de 300 à 500 Mg par semaine sont suffisant pour déclencher l’anabolisme.

La testostérone peut être utilisée en association avec d’autres stéroïdes.

Un cycle de base comporte presque toujours une testostérone. en ester long ou court, ou en mix long et court, comme le sustanon.

L’utilisation concomitante d’une testostérone synthétique est souvent nécessaire pour éviter les habituels problèmes liés au fort effet androgène de la testo.

La testostérone s’associe donc avec de nombreux autres produits tels que Dianabol, déca-durabolin ou encore équipoise.

Son utilisation est exclusivement injectable, du fait de sa faible bio-disponibilité orale. Il existe une seule forme de testostérone orale, peu utilisée.

 

Les effets de la testostérone sur l’homme.

Lorsqu’un athlète fait une cure testostérone, il se produit des réactions chimique corporelles. Les effets sont physiques mais également physiologique.

Les effets sur le corps se ressentent en quelques semaines de traitement. La voix devient plus grave. On peut également observer une pilosité accrue sur le faciès, alors que dans le même temps, un accroissement de la masse maigre (les muscles) vont s’opérer. La masse grasse va progressivement diminuer et une augmentation de la force va être constatée. Enfin, les phases de récupérations seront raccourcies.

 

Sur le plan physiologique, l’individu aura une plus grande confiance en lui, une motivation accrue ainsi qu’un esprit de compétition exacerbé. La testostérone augmente l’appétit sexuel. Une montée de la libido sera observée. Dans le même temps, une agressivité est possible en cas de dosage important. Les nuits peuvent être perturbées, des sudations nocturnes peuvent apparaître.

La testostérone peut également engendrer des effets secondaires en cas d’utilisation importante ou de longue durée. Ainsi, il n’est pas rare d’observer une réduction testiculaire, une gynécomastie ou bien encore un acné très agressif appelé Anabola. La peau grasse favorisant la profilération bactérienne et les infections dermiques.

 

Le fonctionnement de la testostérone 

La testostérone est sécrété par les testicules, la glande surrénale , les ovaires et le placenta. Elle est synthétisée 
à partir du cholestérol par une série complexe d’étapes au sein des cellules sécrétant des stéroïdes. le stimulus pour former la testostérone vient d’abord à partir de la hypothalamus, une zone du cerveau où plusieurs hormones sont élaborées qui ont trait à fonction d’autres glandes.

L’hypothalamus libère de la gonadotrophines Hormone (GnRH), qui est livré à l’hypophyse
par un groupe particulier de veines connu sous le nom système portail. Une fois rendu là, il provoque l’hypophyse pour former l’hormone lutéinisante (LH) qui est libérée dans la circulation sanguine. Il est alors transportée vers le testicule, où les cellules de Leydig forment à partir de la testostérone cholestérol qui a été qui y sont stockées à cet effet.

Une fois que la testosterone est formée et sécrétée dans la circulation sanguine où la majeure partie est liée à la protéine et est transporté dans l’état lié dans tout le corps. Ce n’est que la testostérone libre qui est capable d’être biologiquement active. Seulement 1 à 3% de la testostérone totale dans le sang est capable d’interagir avec les récepteurs dans le tissu ciblée pour son utilisation. Il s’agit d’un mécanisme de rétroaction de l’hypophyse, qui commande la vitesse de synthèse de l’hormone.


Ce mécanisme de rétroaction est commandé par le niveau de testostérone dans le sang. Comme les niveaux de testostérone sont
augmenté, la sécrétion de GnRH et, par conséquent, L’hormone lutéinisante, est réduit et peut être totalement
inhibée. Ceci conduit à une réduction de la production de l’hormone et maintient l’équilibre. quand le niveau de testostérone dans le sang diminue, c’est l’inverse se produit et la sécrétion hypophysaire est porté à restaurer l’équilibre. La production quotidienne totale de testostérone chez un homme est d’environ 7 mg par jour.

La testostérone ou les stéroïdes

La testostérone reste un anabolisant très utilisé mais avec plus de prudence ces dernières années. En effet les utilisateurs récréatifs d’anabolisant souhaitent obtenir des résultats avec des risques minimes. 

à risques réduitsLa testostérone ne fait pas partit des produits à risques réduits. La forte composante androgène expose les utilisateurs à de nombreux effets secondaires. Ainsi on utilisera plus volontiers des substituts de synthèse avec une composante moins androgène. 

Les stéroïdes “nouveaux” ont été développés dans ce sens : Un maximum d’effet anabolisant avec une composante androgène minimum.

 


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour au Sommet ↑